Université Lille 2 Droit et Santé

Accueil > Détail d'un article
Mercredi 22 novembre 2017
Ecole Doctorale 74
Faculté de Droit
1, Place Déliot
59000 - Lille -France
Tél. : +33 (0)3 20 90 75 55
Fax : +33 (0)3 20 90 77 86
mailContact

Portail PRES

12/07/2004 15:32 Il y a: 13 an(s)

Les cabarets satiriques de la République populaire de Pologne-Contribution à une sociologie politique de la dérision (12-juil-04)

Auteur : FUDALI Anna

Catégorie(s) : Doctorat science politique, CERAPS, Michel Hastings, Thèse publiée

Cette thèse de science politique a été préparée dans le cadre du CERAPS sous la direction de Michel Hastings

Notre thèse s’inscrit dans le cadre des analyses sociopolitiques de la domination qui désormais entendent « nuancer » l’étendue et l’intensité du contrôle qu’exerçaient ou exercent encore les régimes autoritaires, voire totalitaires, sur la société civile. Longtemps en effet s’est imposée l’image d’un pouvoir dont l’autorité pesait sur des masses, présumées passives ou tout au moins impuissantes. Or quelques travaux déjà menés sur d’autres aires culturelles ont montré qu’aucune relation de pouvoir n’était univoque et que les pires situations de répression n’évacuaient jamais complètement l’intervention des acteurs assujettis. Nous avons cherché à appliquer cette problématique de « la politique par le bas » au cas précis du régime communiste en Pologne afin de retrouver les dynamiques subversives mises en œuvre par certains segments de la société. Nous avons choisi de nous interroger plus particulièrement sur l’une de ces pratiques sociales de la contestation : la dérision politique telle qu’elle s’est exprimée notamment de manière plus ou moins licite dans les cabarets satiriques. Véritables insitutions culturelles et artisitiques, ces cabarets, nés au début du siècle dans les grandes villes notamment universitaires de Pologne, ont délivré une parole insolente dont l’analyse permet d’appréhender la dialectique de l’ordre et du désordre dans un système politique autoritaire. Ces micro-procédures du rire relèvent certes d’un art du faible mais qui contraint le régime à entrer dans une logique destabilisante pour lui de censure et surtout de transaction autour de la censure. Nous avons construit notre recherche autour d’une série de questions visant à envisager la dérision politique dans la multiplicité de ses conditions sociales d’invention, de production et d’expression. Qui sont les artistes qui diffusent cette parole séditieuse ? De quelles traditions intellectuelles s’inspirent-ils ? Quels sont les lieux, les scènes de ce théatre de la contestation ?

Anna Fudali a été recrutée comme maître de conférence à l'université de Silesie (Pologne). Sa thèse a été publiée par l'Atelier National de reproduction des thèses (Lien externe - Ouverture dans une nouvelle fenêtresite de l'ANRT). ISBN : 978-2-7295-6471-1


Mots-clés
Cabarets, satire politique, contestation, Pologne, culture, transgression, censure.
Typo3
Apache
Php
Mysql
Cri