Université Lille 2 Droit et Santé

Accueil > Détail d'un article
Mercredi 22 novembre 2017
Ecole Doctorale 74
Faculté de Droit
1, Place Déliot
59000 - Lille -France
Tél. : +33 (0)3 20 90 75 55
Fax : +33 (0)3 20 90 77 86
mailContact

Portail PRES

05/08/2004 16:31 Il y a: 13 an(s)

Un intellectuel dans la mélée, Les engagements politiques de Stefan Heym (05-juil-04)

Auteur : LEVERD Sonia

Catégorie(s) : Doctorat science politique, CERAPS, Michel Hastings, Thèse publiée

Cette thèse de science politique a été préparée dans le cadre du CERAPS sous la direction de Michel Hastings

Le nom de Stefan Heym est associé à la controverse politique depuis son enfance. Jeune juif, il doit quitter sa ville natale pour la Tchécoslovaquie, puis les Etats–Unis pour échapper aux Nazis. Officier de l’armée américaine, il participe au débarquement en Normandie. L’arrivée au pouvoir de Mac-Carthy, l’oblige à fuir à nouveau vers l’Allemagne de l’Est, où il jouera à plein son rôle d’intellectuel, toujours fidèle à ses convictions.

En choisissant d’entrer en politique en 1994 sous la bannière du PDS, Heym devient, tout d’abord, l’archétype d’une certaine prise de parole, peu commune au regard de la tradition intellectuelle allemande. Stefan Heym a en effet toujours évolué aux frontières de la politique et de la morale cherchant à les concilier plutôt qu’à les opposer. Devenir représentant du peuple à la suite d’élections démocratiques offrait à Heym une tribune privilégiée pour délivrer son message civique. Cet exemple nous permet de réfléchir à la double logique qui sous-tend l’espace public : logique intellectuelle et logique politique, construites chacune autour de leurs propres règles du jeu. Mais paradoxalement, sa sortie du politique s’avère tout aussi problématique, lorsque le 29 septembre 1995, Stefan Heym démissionne de son mandat de député du Bundestag.

L’intérêt du « cas Heym » réside également dans la manière dont le passé d’un homme va se retrouver au coeur d’un processus d’instrumentalisation complexe. Sa vie est certes suffisamment riche pour constituer un réservoir d’images exemplaires ou répulsives, mais les usages stratégiques sont ici tels - entre promotion et stigmatisation - qu’ils finissent par poser la question des véritables enjeux d’une mise en scène aussi sophistiquée.

Cette recherche résolument pluridisciplinaire empruntera à la sociologie politique un certain nombre de ses concepts (engagement, légitimité, transition démocratique). L’intellectuel se définit moins par ce qu’il est, une fonction, un statut que par ce qu’il fait, son intervention sur le terrain du politique compris au sens de débat sur la « cité ». Son engagement est donc un agir à la fois solitaire et solidaire, marqué par le projet explicite de mobiliser autour de ses propres idées ou valeurs une prise de conscience collective, voire un véritable mouvement social.

Sa thèse a été publiée par l'Atelier National de reproduction des thèses (Lien externe - Ouverture dans une nouvelle fenêtresite de l'ANRT). ISBN : 978-2-7295-6550-3.


Mots-clés
Intellectuels, engagement, Allemagne de l’Est, socialisation politique, métier politique, idéologie, partis
Typo3
Apache
Php
Mysql
Cri