Université Lille 2 Droit et Santé

Accueil > Soutenance de thèse
Mercredi 22 novembre 2017
Ecole Doctorale 74
Faculté de Droit
1, Place Déliot
59000 - Lille -France
Tél. : +33 (0)3 20 90 75 55
Fax : +33 (0)3 20 90 77 86
mailContact

Portail PRES

Soutenance de thèse

Maintenir la paix, mais laquelle ? Interdépendances, zones d'action et conjoncture de maintien de la paix dans le secteur de la sécurité collective

25/03/2016 15:38 Il y a: 2 an(s)
Catégorie(s) : Doctorat science politique, CERAPS

Auteur : Maxime Godefroy

Cette thèse de science politique sera soutenue le 5 avril 2016. Elle a été préparée sous la direction du Pr. Olivier Nay et d'Yves Buchet de Neuilly au sein du CERAPS.

Membres du jury

Monsieur Yves BUCHET DE NEUILLY, Maître de Conférences HDR – Université de Lille – Droit et Santé

Monsieur Daniel COMPAGNON, Professeur – Sc Po Bordeaux

Monsieur Michel DOBRY, Professeur – Université Paris 1

Madame Nathalie DUCLOS, Maître de Conférences HDR – Université François Rabelais - Tours

Monsieur Olivier NAY, Professeur – Université Paris 1

Résumé

 

A travers l’exemple des opérations de maintien de la paix (OMP) conjointes entre les Nations Unies et l’Union européenne au Tchad et en République centrafricaine (Eufor Tchad-RCA et Minurcat) entre 2008 et 2010, cette thèse questionne les mécanismes qui mènent au déclenchement d’une opération de sécurité collective dite de maintien de la paix ainsi que son déroulement. Alors que les analyses anglo-saxonnes du maintien de la paix dans le champ des Relations internationales questionnent peu le processus qui mène à leur déploiement, faisant de celui-ci une réponse quasi rationnelle à l’émergence ou la reprise d’une « crise », cette thèse analyse finement le processus non linéaire qui mène au déploiement des opérations Eufor Tchad-RCA et Minurcat. Cela permet d’interroger de manière originale les disfonctionnements du maintien de la paix en ne s’intéressant pas uniquement à l’appropriation locale d’une OMP comme dans la littérature sur la paix libérale mais en analysant les continuités entre les phases dites de décision et celles de mise en œuvre. La thèse défendue ici est que le déclenchement d’une OMP se comprend comme le produit de l’activité sociale ayant lieu autour d’un enjeu sécuritaire qui mène à la structuration d’une zone d’action conjoncturelle dans le secteur de la sécurité collective. On parle de conjoncture de maintien de la paix. Le déroulement de l’OMP s’analyse alors comme la poursuite de l’activité au sein de cette zone d’action qui intègre de nouveaux acteurs durant la phase de conduite des opérations. La reconfiguration de la zone d’action peut mener à la poursuite de l’OMP ou à sa fin suivant la dynamique sociale qui se met en place.

Abstract

 

Through the example of joint peackeeping operations (PKO) between the United Nations and the European union in Chad and Central african Republic (known by their French acronyms as Eufor Tchad-RCA and Minurcat) between 2008 and 2010, the purpose of this research is to question the social process that lead to the launching and the implementation of a collective security operation knwon as a peacekeeping operation.Though the Anglo-Saxon analyses of peacekeeping inspired by the International Relations theory not often question the decisionnal process, considering the deployment as a rational mean to treat a crisis, this thesis is an analysis of the non-linear social process that led to the deployment of Eufor Tchad-RCA and Minurcat. This analysis allows us to question in an orignal way the dysfunction of peacekeeping by shifting the focus from the local appropriation of the PKO as suggested by the Libera Peace approach to the continuity between decisionnal stages and implementation stages of the PKO. The thesis proposed here is that the launching of a PKO must be understood as the output of the social activity that takes place around a security issue that lead to the structuration of an area of action in the collective security sector. We named that periode a conjuncture of peacekeeping. The conduct of the operation is then analysed as the continuity of the activity in this area of action which includes new actors during its implementation stage. The re setup of the area of action can lead to the pursuit of the PKO or to its end, regarding the social dynamic that is set up.

Mots-clés
PESD, Maintien de la paix, Tchad, RCA, Darfour, processus décisionnel, sociologie politique des relations internationales, ONU
Typo3
Apache
Php
Mysql
Cri