Université Lille 2 Droit et Santé

Accueil > Doctoral School 74 notifications for viva voce examinations of PhD Thesis
Monday 29 November 2021
Ecole Doctorale 74
Faculté de Droit
1, Place Déliot
59000 - Lille -France
Tél. : +33 (0)3 20 90 75 55
Fax : +33 (0)3 20 90 77 86
mailContact

Portail PRES

Viva voce examinations of PhD Thesis

La représentation politique et professionnelle des sapeurs-pompiers de la Troisième République à nos jours (27-oct-2005)

27/10/2005 10:28 Age: 16 an(s)
Category: Political Science PhD, CERAPS, Frédéric Sawicki

By: ROHART Ludovic

Cette thèse de science politique a été préparée dans le cadre du CERAPS sous la direction de Frédéric Sawicki

Ce travail porte sur l’institutionnalisation des sapeurs-pompiers en France entre les débuts de la Troisième République et aujourd’hui. Il revisite les mythes qui entourent le services d’incendie : le sapeur-pompier « soldat du feu » et le sapeur-pompier « volontaire ».

L’image du sapeur-pompier « soldat du feu » se construit en effet à la fin du XIXe siècle alors qu’auparavant les pompiers ont pour principale fonction le maintien de l’ordre. Cette métamorphose est le résultat d’un long processus au cours duquel un ensemble d’acteurs, liés par l’intérêt convergent de désarmer le pompier et li retirer certains de ses attributs militaires, vont œuvrer dans ce sens. Ce travail est d’abord le fruit de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, composée de notables acquis aux idéaux républicains et satisfaits de voir leurs entreprises protégées du risque incendie. Cet organisme trouve un allié en la personne de l’Etat. Les pouvoirs publics tentent d’imposer le régime institutionnel et se satisfont du désarmement du pompier, danger potentiel aux mains des édiles municipaux. Ils ne manquent pas de tirer profit de cette situation pour, épaulés par la Fédération, instituer un statut unique du sapeur-pompier et affirmer sa prééminence dans l’organisation des service d’incendie. En raison du rôle social et politique des sapeurs-pompiers à l’échelon local, les parlementaires vont se faire les hérauts des sapeurs-pompiers au sein de l’arène parlementaire.L’intériorisation du nouveau rôle dévolu aux sapeurs-pompiers s’acquerra par la pratique des concours de manœuvres et de pompes à incendie mis en place par la fédération. Le politique, la presse, les constructeurs de matériels d’incendie y trouvent l’occasion de redéfinir l’image du sapeur-pompier. Sans présenter un visage unique, les différents acteurs de l’assurance incendie vont contribuer à renforcer le phénomène. Le mutualisme autorise par exemple la Fédération à gratifier les sapeurs-pompiers en contrepartie du désarmement, ancien ressort de l’engagement.Le statut unique mis en place par l’Etat et la Fédération est contesté par les collectivités locales, notamment les plus grandes, pour des motifs politiques et sociaux. Architectes et cadres municipaux vont élaborer un statut professionnel, antagoniste du modèle républicain.Après la Seconde Guerre mondiale, ces deux modèles vont continuer à s’opposer, mais l’augmentation du nombre des interventions, leur diversification, leur technicisation, comme les modifications apportées au cadre d’organisation territorial des services d’incendie, contribuent au déclin du volontariat. L’image du sapeur-pompier volontaire ne parvient encore à s’imposer qu’au prix d’une retraduction du politique et du travail symbolique effectué par la Fédération.

Typo3
Apache
Php
Mysql
Cri