Université Lille 2 Droit et Santé

Accueil > Doctoral School 74 notifications for viva voce examinations of PhD Thesis
Friday 22 January 2021
Ecole Doctorale 74
Faculté de Droit
1, Place Déliot
59000 - Lille -France
Tél. : +33 (0)3 20 90 75 55
Fax : +33 (0)3 20 90 77 86
mailContact

Portail PRES

Viva voce examinations of PhD Thesis

L'Etat et les organisations internationales non gouvernementales de sport (FIFA-CIO) dans l'organisation et la mise en oeuvre des compétitions sportives internationales (04-déc-04)

04/12/2004 14:00 Age: 16 an(s)
Category: Political Science PhD, CERAPS, Jean-Louis Thiebault

By: ELONO ESSONO Armand

Cette thèse de science politique a été préparée dans le cadre du CERAPS sous la direction de Jean-Louis Thiebault

Les commentaires sur la Coupe du Monde ou les, Jeux Olympiques, leur forte ritualisation et les nombreuses célébrations qui entourent ces manifestations, concourent à les rendre extraordinaire. Ils contribuent à magnifier ce sentiment de quasi-irréalité, propre aux évènements de dimension planétaire. Notre thèse consiste à démontrer que les réussites successives de ceux-ci dépendent de l'action conjuguée de deux acteurs très différents, notamment en ce que l'un (l'Etat) y joue un rôle circonstancié (le temps d'une édition) tandis que l'autre y tient une place continue (la FIFA). Cette association répétée et en même temps à chaque fois nouvelle, d'une institution internationale privée - une organisation internationale non-gouvernementale de sport - (OINGS) et d'un Etat souverain, n'a rien d'évident. Pourquoi, après tout, seule la FIFA peut-elle organiser, sans être contestée dans ce rôle, une Coupe du Monde de football ? Pourquoi aucun Etat, aucune organisation internationale, aucune entreprise internationale, n'a, de manière définitive et déterminante, contesté ce monopole d'une OINGS sur la réalisation d'un tel évènement ? Pourquoi, symétriquement, seul l'Etat (ou groupe d'Etats, comme en 2002) est-il légitime pour s'associer avec la FIFA dans le but d'organiser une Coupe du Monde ?

Pour répondre à ces questions, nous proposons d'entrer dans l'univers de la Coupe du Monde en l'analysant sous l'angle des acteurs impliqués dans le processus de fabrication et des interactions entre ces acteurs. Nous pensons en effet rendre compte ainsi, des facteurs qui déterminent le monopole de ces deux institutions que sont la FIFA et les Etats sur l'organisation d'une Coupe du Monde ou des JO. Quelles stratégies ces acteurs déploient-ils, en fonction des ressources spécifiques qui sont les leurs mais aussi des contraintes qui pèsent sur leur liberté d'action ? Comment s'articulent, au niveau d'un pays organisateur, les logiques d'action d'une OINGS et celles de l'Etat sportif au concret, qui permettent la production d'un spectacle sportif à dimension planétaire ? Il s'agit donc de lire la CM de 1998 en France, sous la focale d'analyse des politiques publiques. Autrement dit, l'organisation d'une compétition internationale sportive est considérée ici comme un espace d'arbitrage, et surtout comme une politique publique sportive évènementielle qui se définie comme le produit d'une interaction entre un Etat et une OINGS qui, bien qu'agis par des logiques d'action différentes, s'entendent sur une ligne d'action commune, dans le but de réaliser un évènement sportif unique de dimension planétaire.

Typo3
Apache
Php
Mysql
Cri